Expertise,  Tourisme de savoir-faire

Le tourisme de savoir-faire, une « exception française » !

Avez-vous déjà vu un céramiste, assis à son tour, façonner ses pièces à partir de la matière ? Avez-vous déjà assisté à la récolte des olives, qui donneront ce nectar, qu’on appelle « or jaune » en Provence ? Ou bien savez-vous comment l’on transforme le jus de raisin en vin ? Rosé, bien sûr !

Comme une madeleine de Proust

Petite fille, je me souviens d’avoir bu du lait de vache directement après la traite et mettre naïvement écriée : « c’est chaud et ça sent fort ! ». Et oui, le lait à la source, est encore emprunt de la chaleur des bêtes et de leur odeur, avant d’être stérilisé et embouteillé par M. TetraPak …. Un peu comme les poissons ne sont pas carrés !! Non, non.

La trace de ce moment est gravé dans ma mémoire parce que j’ai découvert ce jour là, quelque chose d’authentique.

N’est-ce pas cela qui nous permet de vivre des moments magiques et de nous constituer des souvenirs inoubliables ? La rareté du moment, le plaisir de découvrir des choses toutes simples, mais que l’on n’a jamais vu en vrai, comme disent les enfants.

Oui, retombons en enfance et partons explorer le monde qui nous entoure, pour découvrir cette alchimie qui fait d’un terroir (La Provence), d’un métier (exercé avec passion par des artisans et agriculteurs talentueux) et des ressources locales, un produit d’exception.

La France, première destination touristique mondiale

La France est le pays le plus visité au monde, avec plus de 80 millions de touristes étrangers (sans compter les Français eux-mêmes), 75 milliards d’euros de chiffres d’affaires (soit 7% du P.I.B.) et plus de 2 millions d’emplois directs et indirects non délocalisables. Une attractivité qui repose sur un patrimoine culturel et naturel exceptionnel, ainsi qu’une grande diversité de destinations du Nord au Sud, sans compter les territoires d’Outremer.

Oui, nous disposons de ressources précieuses et d’un potentiel fabuleux, pour briller à l’international. Et justement, qu’est ce qui plait tant aux étrangers qui visitent notre pays ? Certains diront Paris et ses hotspots dont la Tour Eiffel, Versailles et les Châteaux de la Loire, le Mont-Saint-Michel, les grandes métropoles comme Marseille, Bordeaux ou Lyon, les Plages du Débarquement, Disneyland Paris, les cités balnéaires de l’Atlantique ou la Méditerranée, Saint-Topez, la Promenade des Anglais… la liste est longue.

Et au-delà des villes et des grands sites, le désert ?

Non, de plus en plus, les touristes deviennent des visiteurs et prennent le temps de découvrir une région, s’intéressent au mode de vie des locaux, à leur identité et à leur environnement, loin des grands spots touristiques. On passe d’une logique de consommation de services touristiques à une attitude de découverte, de rencontre et de partage. Ainsi, toutes les campagnes de France, peuvent y prétendre.

En Provence, il y a l’art de vivre

Particulièrement, ici ce ne sont pas seulement des lieux qui sont à découvrir, mais des terres et des femmes et des hommes qui les font vivre et se perpétuer. On vient en Provence, parce qu’il y a ce charme indéfinissable qui mêle paysages, gastronomie, culture et tempérament des gens du Sud !

La Provence est déjà leader en France sur le créneau du tourisme de savoir-faire, avec des grandes maisons qui ont depuis longtemps compris l’intérêt d’ouvrir leurs portes (on parlait alors de « visite d’entreprises ») : la Verrerie de Biot, le Musée de la Lavande à Coustellet, la Poterie Ravel à Aubagne, la Confiserie des Calissons du Roy René à Aix-en-Provence …

Mais au-delà de ces fleurons provençaux, il y a des dizaines (centaines ???) d’entreprises artisanales et agricoles qui sont encore méconnues. Ce sont aussi elles qui constituent le patrimoine vivant et immatériel dont nous disposons, tout autour de nous et qui n’est ni copiable ni délocalisable. C’est une chance, une pépite à sortir de son écrin !

Chaque village, chaque campagne de Provence, a son identité, son histoire et ses gens qui y habitent et les façonnent depuis des générations. Et c’est bien cette richesse qui est enjeu dans ce que l’on appelle le développement touristique local. Ou comment se raconter, faire vivre son territoire et alimenter l’économie locale sans inventer de nouveaux complexes touristiques, sans âme et sans passé.

SAVOIR-FAIRE le tourisme de demain

A l’aube des changements que notre monde va vivre (qu’on le veuille ou non !) avec le spectre du réchauffement climatique, n’oublions pas nos patrimoines vivants, et parmi ceux-ci, les SAVOIR-FAIRE, qui détiennent en eux les germes des solutions de demain et la sagesse de nos anciens.

Sachons nous (re)connecter à tous ceux qui façonnent les terroirs et les matières, pour faire naître des objets ou des produits du quotidien, qui nous paraissent anodins, mais qui, si l’on y regarde bien, sont des produits d’exception. La fameuse « exception culturelle française » et provençale !

Oui la Provence a des talents, et il serait temps de les mettre plus en lumière, en privilégiant des activités économiques (l’agriculture et l’artisanat, la gastronomie, le tourisme durable) qui font la part belle à ces entrepreneurs souvent solitaires, qui n’ont rien à envier aux grandes entreprises du CAC 40, et qui constituent le tissu économique local de tant de campagnes.

Il est cependant encore rare de voir une offre touristique orientée sur cette thématique. Des catalogues d’adresses, des événements existent bien, mais des itinéraires, des séjours, des voyages tout entier dédiés aux savoir-faire, sont encore confidentiels. Alors que c’est un formidable levier de développement auprès des touristes, des locaux et enfin (et surtout !), auprès des générations futures, pour qu’elles perpétuent ces héritages.

Le tourisme de savoir-faire et de découverte émerge en France, se professionnalise, se distingue et s’organise. Notamment avec le réseau Entreprise et Découverte. Il est une chance à saisir pour révéler nos patrimoines et notre identité.

Vive le tourisme de savoir-faire et vive la Provence !

Bon OK, je crois que je m’emballe un peu sur le ton mais le fond y est !!!! 🙂 Et c’est pas moi qui le dit, c’est M. Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l‘Europe et des Affaires étrangères.

Si le coeur vous en dit, Rejoignez-moi lors d’une activité AuthentiK, le temps d’heure, d’une matinée ou d’une journée.

A très vite

AK

close

Rejoignez la tribu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *